Oct. 15,16 & 17: This is the end.

Il est temps de clore ce conte…

Oct. 15: Jurassic Ziz

Le 15 Octobre, nous prenons la route, avec 2 motos qui ne démarrent qu’à la poussette, un Papy qui est toujours boiteux, mais qui en plus est malade, et la tourista qui a rattrapé Maître Orignal, Seb, et (il me semble) Will également.  Je ne sais pas si Will a été frappé dès le matin, ou si ça s’est déclaré plus tard dans la journée.

Bref, on a des motos pas fraîches, des pilotes qui ne le sont pas plus, on a 3 jours pour rallier Nador, on choisit la version facile, et on part par la route.

A la première station service, Bil nous fait la bise à tous, et décide qu’il sera à Casa ce soir.  Il rejoint sa femme, et on sent qu’il est tendu du slip, le Bil.  Il arrivera finalement à minuit, après avoir roulé quasiment non stop depuis 9h du matin.

Nous on roule tranquille, on n’a que 640 bornes à faire en 3 jours, donc pas énormément de stress.  On longe la vallé du Ziz, une trouée verte dans le paysage terreux du Maroc.  La vallée se voit sans problème depuis l’espace.  Le vert, c’est la partie irriguée par le Ziz.  Le reste, autour, c’est le Maroc 

La route est très sympa, même si les camions sont parfois ennuyeux à doubler, vu qu’ils ont tendance à se déporter aléatoirement au milieu de la route, selon l’état du bord de la chaussée devant eux.

On fait une pause déjeuner à un restau sympa avec un point de vue somptueux sur la vallée du Ziz.  Position: 31°47’24.40″N 4°14’20.81″W.  Si vous y allez, parlez lui d’Eric, le hippie aux cheveux longs qui est venu avec sa moto blanche.  Il vous fera peut être un prix  Et même si vous n’avez pas droit à un prix spécial, la vue vaut largement d’y faire une pause.

Cliquez pour le panorama en HD:

On repart, et en passant à côté du barrage Al Hassan Addakhil sur le Ziz (au nord d’Errachidia), je remarque que ma moto fait quand même un bruit pas normal.  C’est un gromono, la première chose à faire, c’est vérifier le niveau d’huile.  Je m’arrête, et pas de souci, j’ai quasiment pas consommé ou perdu d’huile.

Je repars, à l’écoute, et le bruit est en rythme avec le régime moteur.  Gros sifflement coté droit, lorsque une vitesse est en prise, et que je mets des gaz. Sifflement progressif avec le régime moteur, surtout au dessus de 4000 RPM
Pas de bruit au même régime moteur si pas de vitesse engagée, ou si je tire le levier d’embrayage.

Oh oh, ça pue du cul ça…  Les seuls éléments qui tournent en rythme avec le moteur mais seulement quand on a une vitesse en prise, c’est la boite de vitesse…

Tout au long du trajet, on voit fleurir les marchands de fossiles, apparemment la vallée est bien fournie en trilobites et autres ammonites.  Au point qu’on s’arrête dans un hôtel appelé “Hôtel Jurassique”.

Oh les gars, sérieux, personne n’a vu le film?  Vous savez pas comment ça se termine?  Bon, en cas d’attaque de vélociraptor, moi je gare ma mob dans le bon sens pour repartir. Et ceux dont les brèles ne démarrent qu’à la poussette? Ben ils serviront de hors d’œuvres aux raptors!

On passe une soirée à manger une omelette et d’autres trucs du Maroc.  Moi je fais ma lessive.  La machine à laver est à 50 mètres de l’hôtel.  Dans le noir.  A chaque aller-retour pour aller voir si mes slibards avaient fini de tourner, je sursautais au moindre bruit suspect.  Car tout le monde sait que les raptors c’est ultra furtif.  Et ça fait un petit gazouillis comme les oiseaux, pas vrai?  D’ailleurs CA GAZOUILLE UN PEU TROP ICI!

Vais verrouiller la porte de la chambre avant de dormir, ce soir…

Oct. 15 - Trace
Oct. 15 – Trace

Le lendemain, 16 Octobre, on a donc 3 motos sur 6 qui sont suspectes, et 6 trous de balles sur 6 qui sont dans divers états de dévastation par une tourista bien coriace.  Ça commence à faire pas mal de handicaps.

Rien de spécial à dire sur cette journée, sauf qu’on a poussé la SuperT et la Transalp à chaque redémarrage.  Pour une raison inconnue, ils voulaient que je pilote la SuperT quand on la démarrait à la poussette.  Ce truc est un vrai paquebot.  Elle va où elle veut, c’est lourd, pataud, bref, j’ai détesté au point de préférer pousser!

Ma brèle faisait toujours son bruit, mais pas de manière constante.  J’ai pas réussi à diagnostiquer correctement.  Je me suis même demandé si le bruit ne venait pas d’un écho parasite du bruit d’échappement et du vent dans mon casque.  Car selon la position de ma tête, le bruit disparaissait.  Bref, un mystère marocain.

Après avoir bouffé quelques centaines de bornes, on se retrouve à Guercif. En arrivant a Guercif, Zoom qui roulait avec moi depuis 200 bornes, regarde sa banane qui est ouverte. Oups, il y avait 500 dirhams dedans… Ce qu’on aura semé sur ce trajet! (je vous avais dit qu’on y reviendrait encore)

Une ville sans aucun charme, une circulation anarchique, un restau minable avec un serveur aussi aimable qu’un furoncle, un crétin avec un sifflet qui fait la circulation à 10 mètres du restau.  Maitre Cervidé cherche un coin sympa sur tripadvisor.  Je vous laisse voir le résultat:
http://www.tripadvisor.fr/Tourism-g1599017-Guercif_Taza_Al_Hoceima_Taounate_Region-Vacations.html

Un seul hôtel, on n’est qu’à 60 ou 80 bornes de Nador.  Et si on terminait ce soir?  Gaaaaaaz!  Enfin, après avoir poussé les deux poubelles smile

On commence à avoir un peu assez de pousser, donc arrêt à la pompe, et on ouvre les compartiments batteries.  La batterie de Zoom est vide, plus une goutte de liquide.  Akim va chercher de l’eau déminéralisée à un garagiste plus loin.  Le gars essaie de l’enfler, et dit à son collègue en Arabe “‘tain, on aurait pu lui vendre 25 euros”. Akim dit à mi-voix en arabe “si tu me suce, oui je te file 25 euros”.  Le gars se tourne, pas sûr d’avoir bien entendu.  Akim fait celui qui ne parle ni ne comprend l’arabe. Le gars n’est pas à l’aise, file l’eau déminéralisée à Akim, qui s’en va, non sans avoir lâché en arabe une insulte tellement ignoble que je n’ose la répéter ici!

On repart, avec plus qu’une moto à pousser (comme par hasard, la SuperT de loulou)

Arrêt le soir à 20 bornes de Nador, à l’hôtel Paris Dakar.  Rien de spécial, aucun charme, une grande route devant.  Mais ça repose.  Et de toute façons, le temps des petites auberges est révolu.

Bouffe dans le resto d’une station service.  Étonnamment, c’est mangeable, et même pas mauvais.

Retour à pied à l’hôtel pour ronfler comme des loirs, après les 420 bornes de la journée

Oct. 16 - Trace
Oct. 16 – Trace

Je ne vais pas m’étendre sur cette journée.  On a acheté une batterie neuve pour la moto de Loulou.  Chargée en acide neuf, on la laisse reposer 2 heures en sirotant du coca à la terrasse de notre hôtel.  On va la charger en roulant vers Nador.  Arrêt au McDo de Nador.  La batterie n’a pas rechargé du tout.  Magnifique.  Si Yamaha avait réellement changé le “redresseur régulateur”, peut être que ça chargerait.

On traîne misérablement face à la mer, Papy et Zoom dorment dans le McDo comme des clodos, personne n’a envie de rentrer.

On a un dernier contact avec l’organisation outre méditerranéenne au port de Nador.  Un gars nous fait garer à un endroit, un autre nous dit que c’est pas la bonne file une fois qu’on a fini de couper les motos.
On est arrivés super tôt au port, donc on attend des heures.  Des heures pendant lesquelles on est quasiment les seuls passager, avec des dizaines de douaniers autour.  Pourtant on ne nous dira qu’il y a des papiers à remplir qu’à 21 heures.  Superbe!  On a donc été obligés de courir faire les papiers alors qu’on a glandé pendant 4 heures sur le port avant ça

Une dernière poussette de la moto de Seb, on rentre les motos.  Ayé l’aventure est finie

Ou pas.  La nostalgie sans doute.  Maître Cervidé, n’a rien trouvé de mieux que prendre ses pieds dans la sangle tenant la moto de Zoom.  La seule sangle.  Celle vers l’extérieur.

La dernière chute est donc pour Zoom, dont la moto s’est retournée dans le bateau, sur les pattes de Zoom et de Caribou 

Rien a dire sur la traversée.  Sauf qu’on a déjà commencé à discuter de la prochaine édition.  Et si moi j’y allais avec un 4×4, et les autres en bécanes légères sans aucun bagage…  Mmmmm, va falloir réfléchir à tout ça.

Oct. 17 - Trace
Oct. 17 – Trace

Maroc 2015 – La trace est là

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://hermes.honshappo.free.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
more...